Différence entre covid-19 variant britannique et variant brésilien

Cela fait plus d’une année déjà que le monde est confronté à la pandémie de coronavirus. Bien que de nombreux vaccins aient été créés pour l’endiguer, des morts continuent toujours d’être enregistrés. Mieux, ce sont d’autres variants du virus qui ont été découverts en Grande-Bretagne, au Brésil et en Afrique du Sud. Très dangereux, ces variants possèdent une vitesse de propagation plus élevée. Intéressons-nous au variant britannique et celui du Brésil. Quelles sont les particularités ?

Le variant Britannique

La deuxième vague de cette pandémie qui a vu le jour depuis le début du dernier trimestre de 2020 bat toujours son plein. Et à l’instar de la première vague, le taux de mortalité reste toujours élevé pour cette deuxième vague. Ainsi, les mesures de restrictions imposées ont été de nouveau corsées. La particularité ici est que cette deuxième vague n’est plus alimentée par la souche initiale du virus découvert à Wuhan. Cette souche a connu plusieurs mutations et a créé un nouveau variant au sud de l’Angleterre qui a été détecté le 1er décembre 2020. Ces mutations ont engendré plusieurs modifications génétiques. Ce qui a causé plus de morts bien que les vaccins aient été administrés. En réalité, les premiers vaccins sont fabriqués suivant la souche initiale de la pandémie.

Le variant brésilien

Alors que le premier cas de variant Britannique est encore en étude dans les laboratoires, c’est un autre variant qui a été découvert au Japon au début du mois de janvier. Ce nouveau variant différent du cas anglais a été détecté chez des voyageurs provenant de l’Amazonie. Selon les explications d’Alexandre Naime, médecin infectiologue à l’université de Sao Paulo, ce nouveau variant est caractérisé par deux principales mutations. Pour ce qui concerne la première mutation, celle-ci accroît la vitesse de transmission du virus de 0,4 %. Ainsi, plusieurs sujets peuvent être infectés en un temps record. En revanche, la deuxième mutation rend le virus étranger au système immunitaire. Par conséquent, ceux qui avaient déjà développé une réponse immunologique peuvent être infectés à nouveau.